+377 97 77 01 66

Une recherche post-doctorale proposée par l’ex-bousier du GIEC, Dr Pedro Fernandez et menée au sein du Laboratoire de biogéographie de l’Université Humboldt, Berlin.

Chercheur argentin, Pedro Fernandez fut, entre 2019 et 2021, parmi les lauréats du programme de bourse du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). A ce titre, il a bénéficié du soutien de la Fondation Cuomo, partenaire du GIEC, aux côtés de la Fondation Prince Albert II de Monaco, dans ce programme de recherche réservé aux doctorants des pays du Sud.

Après cette aide initiale qui a permis au jeune chercheur de terminer sa thèse sur la thématique du sylvopastoralisme en tant que solution viable pour contrôler l’ingérence des ressources forestières du Grand Chaco — d’où il est originaire — Dr Fernandez nous a présenté fin 2021 son nouveau sujet de recherche intitulé « Understanding the geography of cattle ranching in South America’s dry forests ». Son étude s’attaque à nouveau à la question de l’élevage de bétail et de ses effets néfastes sur les écosystèmes.

Fidèle à sa volonté d’accompagner ses bénéficiaires vers davantage de professionnalisation et de les encourager à mettre en application leurs connaissances, la Fondation Cuomo a décidé de financer cette initiative sur une période de deux ans.

L’élevage est une activité économique stratégique dans une vaste région couvrant le Caatinga (Brésil), le Cerrado (Brésil), le Chiquitania (Bolivie) et le Chaco Seco (Argentine), mais c’est aussi une des  principales causes de déforestation. Ainsi, ce projet post-doctoral, supervisé par le Professeur Tobias Kuemmerle et mené au sein laboratoire de biogéographie de l’Université Humboldt de Berlin, abordera frontalement l’une des questions écologiques les plus cruciales de l’Amérique latine : fédérer la croissance économique et la préservation des écosystèmes.

Ci-dessous, le rapport initial du projet, rédigé par Pedro Fernandez.

Madame Maria Elena Cuomo avec les boursiers GIEC de la promotion 2019-2021

-

(de gauche à droite) Monsieur Igor Ribeiro (Brésil), Monsieur Pedro Fernandez (Argentine), Madame Ana Carolina Amarillo (Argentine), Monsieur Dongfeng Li (Chine) et Monsieur Da Yabin (Chine) - Musée Océanographique de Monaco, le 19 septembre 2019.

Comprendre la géographie de l’élevage de bétail dans les forêts sèches d’Amérique du Sud

Par Dr Pedro Fernandez

Comment pouvons-nous améliorer l’évaluation des performances environnementales et productives de l’élevage bovin ? Comment pouvons-nous réduire les compromis environnementaux issus de cette importante exploitation des terres ? Quel est le rôle de cette activité dans les forêts sèches d’Amérique du Sud ? Toutes ces questions restent sans réponse malgré l’intensité de l’élevage de bétail en Amérique du Sud.

Les forêts tropicales sèches et les savanes d’Amérique du Sud sont des points chauds de la déforestation et de la perte de biodiversité. Or, ces écosystèmes sont souvent ignorés tant dans la recherche que dans l’élaboration des politiques. L’élevage de bétail, une activité économique cruciale dans ces régions, en est le principal moteur de la déforestation. Cependant, on ne sait pas comment faire converger l’élevage et l’intégrité environnementale pour encourager une utilisation plus durable de nos terres.

Ce projet vise à combler ce manque de connaissances dans la diagonale sèche de l’Amérique du Sud, qui englobe les éco-régions de Caatinga, Cerrado, Chiquitania et Chaco Seco. Dans ces régions aussi vastes que menacées, nous identifierons premièrement la typologie des systèmes d’élevage. Ensuite, nous intégrerons des indicateurs spatiaux existants et en élaborerons de nouveaux pour cartographier ces systèmes d’élevage dans l’optique de mettre en évidence leur impact environnemental. Troisièmement, le projet se concentrera sur le Chaco argentin, la forêt sèche qui a connu les changements les plus dynamiques au cours des vingt dernières années, pour reconstruire la dynamique de l’élevage jusqu’aux années 1980 et ainsi évaluer les émissions de gaz à effet de serre liées à l’expansion du secteur. Enfin, nous analyserons les compromis entre l’élevage et le stockage du carbone à différentes échelles, allant des pâturages aux régions entières. Cela permettra de dégager d’un côté des opportunités pour réduire les compromis entre la production agricole et l’environnement, et de l’autre,/des points d’entrée pour le développement et la planification des politiques.

Ce projet sera développé durant deux ans au laboratoire de biogéographie de l’Université Humboldt de Berlin, où le professeur Tobias Kuemmerle en sera le chercheur principal. Le Dr Pedro Fernandez, ex-boursier du GIEC / Fondation Cuomo en assurera la direction. Le projet sera principalement financé par la Fondation Cuomo mais aussi par l’Université Humboldt et l’Institut national de technologie agricole argentin.

Les données obtenues au cours des deux prochaines années apporteront une contribution importante à la science du système Terre et à la science de la durabilité tout en permettant de mieux comprendre le bétail et ses impacts environnementaux. La conjonction des objectifs développés permettra de franchir une nouvelle étape dans notre compréhension de l’utilisation des terres ainsi que de son impact sur les forêts tropicales sèches et les savanes d’Amérique du Sud. Plus important encore, le projet sera mené dès le départ avec la collaboration des principales parties prenantes et chaque module de recherche, largement diffusé au-fur-et-à-mesure fournira des informations pertinentes pour les politiques à adopter.

Film documentaire de Pedro Fernandez sur la mise en œuvre du sylvopastoralisme dans le Gran Chaco, en Argentine.

Articles Associés

Share This